La nécessité d'encourager les activités culturelles et sportives en faveur des élèves

La ministre de l'Education nationale Nouria  Benghabrit a affirmé, jeudi 24 janvier 2019, à Alger, que son département ministériel  œuvrait en coordination avec les autres départements à encourager les  activités extrascolaires (culturelles et sportives) en vue de renforcer les connaissances des élèves et les encourager à avoir confiance en eux-mêmes.

Intervenant à l'occasion de la célébration de la 1ère édition de la  Journée internationale de l'Education (24 janvier), instituée le 3 décembre  dernier par l'Organisation des Nations Unies (ONU), Mme Benghabrit a  précisé que son secteur œuvre en coordination avec les autres départements  ministériels, à encourager les activités extrascolaires en vue de  "développer les compétences des élèves et de renforcer leurs connaissances  culturelles et leur savoir"

La ministre de l'Education nationale a indiqué, à ce propos, que l'Algérie  "assure un enseignement qualitatif et équitable pour tous les niveaux",  saluant à cette occasion, le rôle des enseignants qui sont, a-t-elle dit,  "le premier intervenant dans l'action éducative, outre celui des  inspecteurs en termes de conseils et d'orientations qu'ils prodiguent aux  enseignants".

Elle a ajouté, par ailleurs, qu'elle "ne ménagera aucun effort" pour  l'amélioration des conditions des enseignants à travers "la formation et la  documentation nécessaires pour qu'ils accomplissent leurs tâches en faveur  de l'école algérienne".

"Depuis le recouvrement de la souveraineté nationale, l'Algérie a pris  conscience de l'importance de l'Education en tant que vecteur  d'édification, de changement et d'innovation, faisant de l'égalité et de la  gratuité de l'enseignement des garanties susceptibles d'asseoir un système éducatif authentique et démocratique", a affirmé pour sa part, le ministre  de la Communication, Djamel Kaouane.

Il a cité, dans ce sens, "les réformes audacieuses engagées par l'Algérie  pour la promotion de l'éducation et la réduction de l'écart entre les deux  sexes, sanctionnées par la hausse des moyennes de scolarisation et  l'élargissement du réseau des établissements scolaires, tous cycles  confondus, à travers l'ensemble du territoire national". 

Il a ajouté que "la réforme du système éducatif, grâce au président de la  République, Abdelaziz Bouteflika a connu un bond qualitatif, consistant  essentiellement en la garantie d'une éducation de qualité, notamment dans  le cadre du partenariat avec les organisations régionales et  internationales spécialisées, en sus d'une coopération et d'une  coordination sectorielle régulière".

Le ministre a cité, à cet effet, "l'apport du secteur de la communication  dans l'accompagnement de cet effort nationale, à la faveur d'activités  favorisant la satisfaction des besoins du citoyen en matière d'Education,  de par son rôle dans la promotion de l'acte éducatif et la diffusion des  valeurs de justice et de tolérance".

M. Kaouane a souligné, en outre, l'attachement de son secteur "à faire  aboutir cette orientation, en dotant les programmes éducatifs de contenus à  même d'améliorer les performances des générations montantes, et adaptés aux  développement technologique".

Enfin, il a estimé que ce genre de partenariat "est de nature à garantir  une éducation de qualité qui permet aux générations de s'adapter aux  grandes orientations en matière de développement, et de concourir au  développement durable", préconisant de "redoubler d'efforts pour la  promotion du système éducatif, notamment à la lumière des défis imposés par  les mutations mondiales auxquelles l'Algérie fait face".